Les Rencontres
Pierre Lafue

La Fondation Pierre LAFUE organise avec l’aide des Lauréats du prix LAFUE, des évènements culturels accessibles à tous les amis de la Fondation.

21 mars 2024

Au cœur de l'Allemagne nazie

L’enlèvement


par Grégoire KAUFFMANN,

historien et maître de conférences à l’IEP de Paris.

Le 22 mai 1985, le journaliste Jean-Paul Kauffmann et le chercheur Michel Seurat disparaissent après leur atterrissage à Beyrouth. Commence alors l’affaire des otages du Liban. Tenue à l’écart par le pouvoir, l’épouse du journaliste, Joëlle, soutenue par un vaste collectif, se lance dans un combat qui touchera la France entière. Leur fils, l’historien Grégoire Kauffmann, revisite ce temps fort des années 1980, à l’apogée de la gauche mitterrandienne. Il mêle au portrait de l’époque ses souvenirs d’adolescent qui a vécu ce drame de l’intérieur.

Inscriptions obligatoires selon places disponibles :

contact@fondationpierrelafue.org

Les prochaines Rencontres 2024 :

Si vous souhaitez être informé sur ces Rencontres, merci d’envoyer un mail à contact@fondationpierrelafue.org

8 février 2024

Au cœur de l'Allemagne nazie

Au cœur de l’Allemagne nazie


par Etienne DE MONTETY,

écrivain et journaliste français, Directeur du Figaro littéraire.

Etienne de Montety a signé la préface de ce livre qui restitue les grands reportages de Xavier de Hautecloque. Dans la lignée d’Albert Londres ou Henri Béraud, Xavier de Hauteclocque est dans l’entre-deux-guerres un grand-reporter audacieux. Ami de Kessel, parfaitement germanophone, il entame dans les années 1930, une série de reportages chocs dans une Allemagne en pleine crise. Cet ouvrage présente ses trois enquêtes au cœur d’un pays gangrené par le nazisme. Ses textes sont tous d’une clairvoyance désespérée et d’un rare courage. Il multiplie les révélations sur les SA et les SS, les disparitions, les assassinats, les tortures, et sur la propagande du régime. Ses témoignages hors du commun, alertent l’opinion publique française et inquiètent le régime nazi, au point que les services spéciaux jurent sa perte.

11 janvier 2024

La rafle du Vel d'Hiv

La rafle du Vel d’Hiv


par Laurent JOLY,

Directeur de recherche au CNRS, auteur de plusieurs livres sur l’antisémitisme et la Shoah en France dont, récemment, La Rafle du Vel d’Hiv (Grasset, 2022).

Quelle leçon pouvons-nous en tirer

La rafle dite du « Vel d’Hiv » est l’un des événements les plus tragiques survenus en France sous l’Occupation. En moins de deux jours, les 16 et 17 juillet 1942, 12884 femmes, hommes et enfants, répartis entre Drancy (près de 4 900) et le Vel d’Hiv (8 000), ont été arrêtés par la police parisienne à la suite d’un arrangement criminel entre les autorités allemandes et le gouvernement de Vichy. Seule une petite centaine de ces victimes survivra à l’enfer des camps nazis.

Une lumière nouvelle sur l’un des événements les plus terribles et les plus difficiles à appréhender de notre histoire contemporaine.

14 décembre 2023

Petite Russie et grande Russie

Grande Russie et Petite Russie.
Aux origines de la guerre d’Ukraine.


Thierry SARMANT,

conservateur général aux Archives nationales

Le 21 juillet 2021, Vladimir Poutine publiait sur le site de la présidence de la Fédération de Russie un long article historique intitulé « De l’unité des Russes et des Ukrainiens » – manifeste qui préludait à la guerre qui s’est déclenchée depuis lors. Pour comprendre ce conflit, pour comprendre les desseins des dirigeant russes, l’histoire joue un rôle décisif : moins l’histoire du XXe siècle soviétique et post-soviétique que celle de la Russie sur plus d’un millénaire.

30 novembre 2023

Nouvelle histoire du Moyen-Âge, Florian Mazel

Nouvelle Histoire du Moyen Âge

Florian Mazel,
professeur à l’université de Rennes 2. Ses recherches sur l’aristocratie et l’Église l’ont imposé comme l’un des meilleurs historiens médiévistes français spécialistes de la société féodale. 

« Le Moyen Âge est une séquence de temps qui n’a pas d’âge, hors d’âge si l’on veut, et son altérité est profonde. Mais cette étrangeté, le dépaysement que l’on peut éprouver en ses allées, n’est ni sans charme ni sans intérêt. Le Moyen Âge représente en effet, par son altérité même, un extraordinaire lieu de vagabondage et un remarquable terrain d’exercice pour l’esprit critique, où réfléchir entre autres choses, à relative distance des passions contemporaines, aux relations entre public et privé, communauté et identité, hiérarchies et solidarités, rôle et statut, mémoire et histoire, violence et solidarité, droit et tradition, don et échange, imaginaire et identité, institution et pouvoir, croissance et environnement… Qui trouverait la chose inutile ? »

9 novembre 2023

Zola et Méliès
au cœur de l’Affaire Dreyfus

Julien Delpech et Alexandre Foulon,
auteurs de la pièce
Alain Pagès,
historien de la littérature, spécialiste de l’œuvre d’Émile Zola

1894, l’Affaire Dreyfus divise la France.
Un Capitaine est accusé d’espionnage et déclaré coupable.
En plein succès littéraire et contre l’avis de son éditeur, Zola enquête sur le cas Dreyfus. Depuis son studio de cinéma, Mélièslui, s’engage à dénoncer un mensonge d’État. Malgré les menaces et soutenus par leur femme, l’un écrit l’article le plus connu de l’histoire, l’autre réalise le premier film censuré au monde.
Fausses rumeurs et antisémitisme n’arrêtent pas ces Téméraires, qui, armés de leur courage et d’un sens du devoir hors du commun font éclater la vérité.

Septembre 2023

Rwanda, 1994 : notre histoire?

Hélène DUMAS
Historienne, chargée de recherche au CNRS (CESPRA-EHESS).

Près de 30 ans après le génocide des Tutsi, cet événement majeur de notre contemporain a-t-il pris toute sa place dans notre histoire et dans notre mémoire ? Véritable événement-monde, Hélène Dumas a proposé une réflexion sur notre proximité avec le dernier génocide du XXe siècle.

 

Mai 2023

Palmyre, un objet d’histoire
et de géopolitique

Le cycle des « Rencontres Pierre Lafue » 2023 a débuté en donnant la parole à Annie et Maurice SARTRE, lauréats du Prix Pierre Lafue 2016.

À cette occasion, ils reviennent sur leur objet d’étude, la cité de Palmyre, Tadmor pour les Syriens. Ils font le point sur la situation de la cité palmyréenne après l’occupation par DAECH en 2015 puis sa libération par les Russes. La conférence nous apprend qu’aux yeux des Syriens, Palmyre est tant un objet politique pour le régime puisqu’ « intégrée » à l’histoire officielle du pays, qu’un symbole de l’oppression du régime. En effet, y est installée une des plus grandes prisons politiques du pays. Pour les Syriens, Palmyre est donc à la fois un objet d’intérêt comme de répulsion.
Les destructions ont débuté avant l’arrivée de DAECH par le régime lui-même dans le cadre de sa lutte contre les oppositions. L’organisation terroriste les a ensuite aggravées en ciblant le site archéologique et son musée.
Depuis, la cité, vidée de force de ses habitants, est occupée par l’armée russe. Celle-ci l’utilise comme objet de communication politique en encadrant fouilles et restaurations. Elle met également en scène son opération militaire de libération du site sans pour autant hélas, mettre fin aux dégradations et aux pillages.

Aujourd’hui, le site n’a pas retrouvé son lustre passé. Et sans assistance de la communauté scientifique et de ses habitants, cette palmeraie mythique reste en grand danger.

 

Juin 2018

Les Grands dépôts des Archives nationales

Yann Potin, historien, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, et l’un des quatre lauréats du Prix Pierre Lafue 2017, nous a fait découvrir l’Hôtel de Soubise.

Au cœur des Grands dépôts des Archives nationales, nous avons découvert l’« Armoire de Fer », coffre-fort précieux renfermant les trésors de l’histoire de France (journal de Louis XVI, Gazette des Atours de Marie-Antoinette, mètre et kilogramme étalons en platine, Serment du jeu de paume, testaments de Louis XIV et de Napoléon Ier…).

Février 2018

Conférences exeptionelles

Mairie du VIe arrondissement de Paris

A l’occasion du 40e Prix Pierre Lafue, un cycle de conférence a été organisé à la Mairie du VIe arrondissement.

Deux grandes cités historiques nous ont été contées :

– « Palmyre, une oasis du désert syrien », par Maurice Sartre (Prix Pierre Lafue 2016), professeur émérite d’histoire ancienne, spécialiste du Proche-Orient.

– « Jérusalem dans l’islam, l’islam à Jérusalem » par Julien Loiseau (Prix Pierre Lafue 2017 avec Vincent Lemire, Katell Berthelot et Yann Potin), professeur d’histoire du Moyen-Âge à Aix-Marseille Université.

Mars 2016

Château de Versailles

Salles Premier Empire

«  À toutes les gloires de la France »

Au XIXe siècle, Versailles connut une nouvelle destinée : devenir le musée de l’Histoire de France, dédié à « toutes les gloires » de la France, selon les volontés de Louis-Philippe. Les salles dites « Premier Empire » retracent toute l’épopée napoléonienne.

Alexandre Maral, conservateur en chef au Musée national du Château de Versailles, et Thierry Sarmant ont conjugué leurs talents pour nous faire découvrir ces trésors à travers ces salles rarement ouvertes au public.

Décembre 2015

Le musée Carnavalet

Au cœur de la capitale

C’est à la découverte de Paris que nous avons été invités. Le musée Carnavalet, consacré à l’histoire de cette capitale conserve des collections qui illustrent l’évolution de la ville de la Préhistoire à nos jours. Un vaste choix d’œuvres d’art, souvenirs et maquettes évoquent la vie quotidienne et intellectuelle de Paris à travers les époques.

Thierry Sarmant, Directeur-adjoint et conservateur en chef de ce musée, nous a fait découvrir tous les charmes de ce cadre évocateur.

Juin 2015

Le musée Clémenceau

Dans les appartements du « Tigre »

C’est sous la houlette d’Alexandre Duval-Stalla, lauréat en 2011 du Prix de la Fondation Pierre-Lafue qu’une visite du musée Clémenceau a été organisée. L’auteur de « Claude Monet – Georges Clemenceau : une histoire, deux caractères » a invité les visiteurs à faire le lien entre l’homme d’Etat et la personne privée.

Ce personnage inflexible, défenseur et promoteur de la République et de ses valeurs est apparu ici dans son cadre intime comme un personnage plus proche du destin des français qu’il a dirigés, mais aussi comme un esthète ouvert aux arts du début du XXe siècle.